LES TROIS TEMPS DE L’OEDIPE – SAMEDI 18 NOVEMBRE 2017

Acte 1  

Mère, enfant, phallus. L’étoffe d’un désir.

“Le désir inconscient est le désir de l’Autre“ *

.
Les enfants rois, les “grands enfants“ qui ont du mal à couper le cordon, les mères poules fusionnelles qui peinent à concilier à la fois leur position de mère et de femme, sont autant de manifestations des problématiques œdipiennes où difficulté de séparation et ignorance de son désir propre s’entrechoquent. Aussi, si cette première relation entre la mère et son enfant est profondément marquée par l’ambivalence amour-haine, c’est qu’elle revêt précisément cette question d’un désir dont l’étoffe se tisse dans l’aliénation au désir de l’Autre.


Dès lors, depuis cette première étape de l’Œdipe, quels sont les enjeux de la relation à trois termes : mère, enfant, phallus ? En quoi l’arrivée d’un enfant vient-elle questionner l’Œdipe de la mère et son rapport singulier au manque ? Et, pour l’enfant, comment le désir arrive-t-il à naître entre besoin et demande ?
Parce que le clinicien a quotidiennement à opérer avec ces problématiques de séparation, c’est au travers de leur pratique clinique que les cliniciens vous proposent d’approcher lors de ce colloque, ce rapport fondamental au premier objet d’amour tel qu’en témoignent patients et psychanalysants dans leurs cures.


* Lacan, J., 1966, Les ÉcritsLa direction de la cure, Paris, Le Seuil, p.632.

FacebookTwitterGoogle+Share