INCIPIT VERS LA BEAUTÉ

Depuis des semaines, il luttait pour ne pas sombrer. Il sentait qu’il avait peu de forces, et les deux interrogatoires qui s’étaient déjà enchaînés lui avaient demandé un effort considérable. Pourtant, il ne s’était agi que de prononcer quelques mots, de répondre à des questions ne comportant pas le moindre piège. Il était revenu à un stade primaire de la compréhension du monde, se laissant souvent envahir par des peurs irrationnelles. Il sentait chaque jour davantage les conséquences de ce qu’il avait vécu. Allait-il seulement être capable de passer cet entretien avec madame Mattel ? « 

JOURNÉE MONDIALE DE LA VOIX – MERCREDI 12 JUIN 2019

9h00 – 18h30
Paris Diderot / Amphithéâtre A2

Cette année, en 2019, La voix entre Cuir et Chair, s’écorche vive aux aspérités de la parole, dans le corps à corps avec l’autre. Entre perception et conscience, elle s’incarne, se décharge, et travaille au burin l’oreille débordant parfois de surdité mortifère.

ÇA POUSSE AU DIRE

[ … ] Comme tous ceux à qui on recommande la psychanalyse comme ultime recours de pouvoir être reconnus comme artisans d’un dire, d’un dire qu’ils méconnaissent, d’un dire dont ils sont porteurs, dans l’extrême de leur singularité et qu’à être parlés par les autres, ils n’en sont pas moins détenteurs d’un dire qui cherche à se faire reconnaître. Je n’ai pas dit d’un dire qui cherche à se faire entendre, car il ne s’agit pas tant d’être entendu, qui toujours risque de nous rabattre sur le sens et le sens, que d’être reconnu dans cet appel qui confine à la demande d’amour. Car cet appel ici en jeu n’est pas sans lien avec cet appel premier auquel a été confronté le sujet avec le premier grand Autre qu’il aura rencontré et qui ne dit rien de ce qu’il veut. Du fait qu’il parle, le sujet demande.

PSYCHOLOGIE CLINIQUE – MAISON SUGER / PARIS SAINT MICHEL – 18 JUIN 2019 –

Les débats seront ;

Brésil : des psychanalystes témoignent des conditions actuelles de leurs pratiques

Prado de Olivera

*******

Les diagonales de MeToo

Annie Benveniste, Marie-Dominique Garnier et Monique Selim

Ce numéro rassemble des contributions cliniques venues d’ici et d’ailleurs. Ce n’est toutefois pas la seule diversité des lieux de production de ces textes qui justifie ce titre de « cliniques Cosmopolites ». C’est que la plupart des articles qu’ils soient écrits en France, en Chine, au Brésil ou ailleurs interroge et éclaire la pluralité des places et des langues en présence et en jeu dans les dispositifs cliniques. L’actualité de ce numéro est aussi de faire place à des témoignages engagés de collègues psychanalystes qui entendent les effets subjectifs des violences politiques. L’exemple du Brésil est ici remarquable qui a vu des psychanalystes modifier leur pratique dans un contexte de terreur subjective et collective. Ce cosmopolitisme de la clinique, ici revendiqué, s’exprime aussi en reprenant à nouveaux frais un cas princeps de la psychanalyse , en s’interrogeant sur les rapports difficiles à l’altérité dans l’autisme, qu’en explorant cette présence à la fois familière et surprenante du corps dans les dispositifs thérapeutiques eux-mêmes immergés dans les modifications rapides des codes symboliques de l’identité et des lois sexuelles. Comment endosser son corps, comment résider et se mouvoir dans un passage, comment faire de sa maison un habitat, voilà bien des directions de recherches, ici explorées, qui interrogent l’hétérogène au sein de l’intime, l’inconnu au cœur du familier.

ESPRITS PERSPICACES

Il n’y a en ce monde que bien peu d’esprits perspicaces. La foule est crédule, elle se laisse aisément tromper, parce qu’elle croit dans les apparences qu’on lui offre et ne va pas plus loin. [ … ] Il suffit dès lors au politique, pour maintenir son autorité, de composer les apparences à bon escient.

COUPURE

Il est probable qu’il faille d’abord dégager la parole de sa dimension de distribution, de sa fonction plutôt polyphonique, comme on parle d’une polycopie, parole destinée à être mise dans toutes les oreilles avant qu’il puisse s’agir d’une parole incarnée et d’une parole créatrice.

AU MOINS UN

Nombre de thérapies prétendent prendre en charge le corps plus que ne le ferait la psychanalyse qui est affaire de parole. Pourtant seule la parole touche véritablement au plus profond de notre être, là où les sensations de notre chair se donnent à lire, pour nous-mêmes et pour l’autre, dans l’étonnement renouvelé de la rencontre où nous prenons corps. Bien sûr le toucher peut aussi toucher : mais s’il touche vraiment, c’est qu’il est aussi parole. La main est métaphore de la parole comme elle peut signifier la manipulation. La psychanalyse n’a pas le monopole de la parole, elle n’est qu’une méthode pour ré-ouvrir un chemin à la parole là où celle-ci se trouve entravée. La théorie et la pratique psychanalytiques sont fondées sur cette reconnaissance de la dimension inconsciente d’un corps parlant qui n’est pas ce que nous en voyons, ce que nous en savons, en disons, ou ce que nous en faisons.

LE JOUR OÙ J’AI PRIS LA DÉCISION D’ALLER CONSULTER ‘QUELQU’UN’

‘ L’envie de se cacher dans un cabinet de psychanalyste et de comprendre enfin comment ça se passe, ce qui se passe, ce qui se dit et comment ça se dit. De savoir si ça fait du mal ou si ça fait du bien. De savoir si ce psychanalyste est comme le mien, s’ils sont tous pareils ou si ce cabinet ressemble à celui qu’on a fréquenté. Et puis aussi on voudrait que l’analyste avoue. Est-ce qu’il souffre ? Est ce qu’elle compatit ? Est ce qu’il rêve ? Est ce qu’elle s’ennuie ? Est ce qu’il nous aime ? Et puis enfin surtout comment tout ça va finir ?

‘ ORDONNÉ, ÉCONOME ET ENTÊTÉ ‘

(…) et sur la base d’association phonétiques (Kakao, Wann haut’n- ) apaisait la conscience de culpabilité par une transmutation complète du contenu mnésique. (Translation d’arrière en avant, la nourriture dont on se défait devient la nourriture qu’on prend, le contenu honteux et qu’il faut cacher se transforme en secret devant faire le bonheur du monde.) Ce qui m’intéressa c’est la manière dont à la suite d’une défense, qui, certes, prenait la forme plus douce d’une protestation formelle, le sujet fut involontairement atteint, un quart d’heure plus tard, par la preuve la plus décisive, fournie par son propre inconscient