ALORS MOI AUSSI JE DIS NON ?

Pas de Ça, chez nous

Article écrit par Marianne Carabin

Ça parait simple comme bonjour.
Une rencontre comme il y en a mille. Une rencontre comme une autre. Un homme ? Une « femme ». Un bal. Une fête. Un regard. Une danse. Un baiser. Stop. Ça devrait s’arrêter là.
On ne veut plus savoir. Après ça, on ne veut plus savoir.

QUELLE DIFFÉRENCE ?

Écrivain / écrivant ? 

« Ce qui veut dire pratiquement que par exemple un écrivain assume d’écrire des idées à travers des métaphores. Il y a toute une partie des sciences sociales et humaines qui continuent à écrire sans se permettre le luxe d’une métaphore. L’écrivain c’est celui qui s’assume comme artiste alors que l’écrivant en générale s’assume comme savant ou comme idéologue. »

Roland Barthes 

ULTIMA VERBA

S’il devait n’en rester qu’un… *

J’essaie en tout cas, solitaire ou non, de faire mon métier, et si je le trouve parfois dur, c’est qu’il s’exerce principalement dans l’assez affreuse société intellectuelle où nous vivons. Où l’on se fait un point d’honneur à la déloyauté. Où le reflex a remplacé la reflexion. Où l’on pense à coup de slogan et où la méchanceté essaie trop souvent de se faire passer pour l’intelligence.

Je ne suis pas de ces amants de la liberté qui veulent la parer de chaînes redoublées, ni de ces serviteurs de la justice qui pensent que l’on ne sert bien la justice qu’en vouant plusieurs générations à l’injustice. Je vis comme je peux dans un pays malheureux, riche de son peuple et de sa jeunesse, provisoirement pauvre dans ses élites. Lancé à la recherche d’un ordre et d’une renaissance à laquelle je crois. Sans liberté vraie et sans un certain honneur, je ne puis vivre. Voilà l’idée que je me fais de mon métier.

LA VIE DEVANT SOI

 

– Tu me fais penser à mon fils, mon petit Momo. Il est à la mer à Nice avec sa maman pour ses vacances et ils reviennent demain. Demain, c’est la fête du petit, il est né ce jour-là et il va avoir une bicyclette. Tu peux venir à la maison quand tu veux pour jouer avec lui.

Je ne sais pas du tout ce qui m’a pris mais il y avait des années que j’avais ni mère ni père même sans bicyclette, et celui-là qui venait me faire chier. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. Ça m’a remué et j’ai été pris de violence, quelque chose de terrible. Ça venait de l’intérieur et c’est là que c’est le plus mauvais. Quand ça vient de l’extérieur à coup de pied au cul, on peut foutre le camp. Mais de l’intérieur, c’est pas possible. Quand ça me saisit, je veux sortir et ne plus revenir du tout et nulle part. C’est comme si j’avais un habitant en moi. Je suis pris de hurlements, je me jette par terre, je me cogne la tête pour sortir, mais c’est pas possible, ça n’a pas de jambes, on n’a jamais de jambes à l’intérieur. Ça me fait du bien d’en parler, tiens, c’est comme si ça sortait un peu. Vous voyez ce que je veux dire?

La vie devant soi – R. Kacew

CIORAN

Ébauches de vertige

‘ Si l’on pouvait enseigner la géographie au pigeon voyageur, du coup son vol inconscient, qui va droit au but, serait chose impossible. ‘ / Carl Gustave Carus

Incipit / Ébauches de vertige – Cioran

CAMUS

‘ Ce qu’il faut combattre aujourd’hui,

c’est la peur et le silence, et avec eux la séparation des esprits et des âmes qu’ils entraînent. Ce qu’il faut défendre, c’est le dialogue et la communication universelle des hommes entre eux. La servitude, l’injustice et le mensonge sont les fléaux qui brisent cette communication et interdisent le dialogue.
C’est pourquoi nous devons les refuser ‘.
Albert Camus
 » Vers le dialogue « , 30 novembre 1946

ROLAND BARTHES

Tous les matins à onze heures c’est une grand joie pour moi.

Roland Barthes 1915 – 1980

Figure essentielle de la scène intellectuelle des années 60/70, Roland Barthes aujourd’hui continue d’être lu et traduit dans le monde entier. Ces textes nous font entendre ce que le langage contient d’inexploré. Le langage c’est-à-dire nous-mêmes. Ce dont nous sommes constitués.