NOUVEAU(X) GENRE(S) – DIMANCHE 25 FÉVRIER 2018

Rendre compte du travail analytique lié au manque et aux « affaires de l’amour » c’est également rendre compte de ce qui revient, fait retour, ne cesse de ne pas rater, ce « je n’en veux rien savoir » poussant l’analysante du côté de la frustration et de l’imagination. Jacques Lacan a mis au coeur de la psychanalyse la question de l’amour, en tant qu’elle sous-tend notre rapport singulier au langage, nos relations avec les autres. Il la définit en opposition avec le capitalisme qui ne veut rien savoir des questions de l’amour et des symptômes qui y sont corrélés.

VIRGINIA WOOLF – Dimanche 09 Octobre 2016

[…] Il se pourrait qu’elle voie des choses se produire dans les feuilles. Mais qui est cette ‘elle’ ? Je tiens beaucoup à ce qu’elle n’ait pas de nom… (…) Et je ne préciserai pas non plus le lieu ni l’époque. On peut voir n’importe quoi par la fenêtre : un navire ; un désert ; Londres. ‘

DÉBAT AVEC DANIEL MESGUICH au Théâtre de l’Épée de bois

Les comédiens répondent ; leur travail est l’ouvrage d’une vie tissée tout à la fois de labeur et de joie dont ils gardent l’enfance pour modèle. Sans transition, et tout aussi sérieusement, l’enfant joue, l’enfant fait ses devoirs, l’enfant va à table, crie, pleure, rit… Tout en lui appelle au regard. Ils aiment être sérieux, rire, dire des bêtises, travailler de longues heures, être en colère… Ils aiment et le public n’est pas dupe. La question de l’amour n’était peut-être pas si absente du débat finalement, non dans le Dire, mais dans l’Aimer.